Le 7 mars 2020

Le clickbait : pourquoi éviter cette pratique ?

Étiquettes : ,

Le clickbait est une pratique très courante sur le web et on en a tous forcément été victime au moins une fois. Aussi appelé piège à clics ou attrape-clics, cette technique peut être génératrice de clics, mais elle n’est pas recommandée. On vous explique pourquoi.

Qu’est-ce que le clickbait ?

Comme son nom l’indique, le clickbait est une technique consistant à appâter les visiteurs sur son site avec un titre, une photo ou une présentation qui se veulent accrocheurs mais qui ne reflètent que très peu souvent la réalité du contenu.

Celui-ci est en général très pauvre, saturé de publicités, voire carrément mensonger.

Quel est le but de cette pratique ?

Le but du clickbait est de maximiser le nombre d’interactions avec la publication (clics, vues, partages).

Cette pratique se retrouve beaucoup quand la source de revenus principale est la publicité. Par exemple, sur Youtube, le nombre de vidéos aux promesses racoleuses explose. Et plus il y a de clics dessus, plus les bénéfices sont importants.

Exemples de clickbaits

Les clickbaits se présentent sous la forme de formules utilisées à outrance, au point qu’elles finissent toutes par se ressembler. A tel point qu’il existe même des outils pour générer ses propres titres pièges ! Est-ce que les formules ci-dessous vous disent quelque chose ?

  • Vous ne devinerez jamais…
  • Ce qu’a vécu ce petit animal est horrible
  • Vous n’allez jamais croire…
  • 5 astuces pour paraître 10 ans de moins
  • Cette astuce va vous fasciner !

Pourquoi le clickbait fonctionne-t-il ?

Hé oui, s’il y a autant de clickbait, c’est que cela marche. Les sites qui le pratiquent à outrance ont un nombre élevé de visites. C’est parce qu’il fonctionne sur trois principes de psychologie.

D’une part, il se base sur le fait que la plupart des gens réagissent mal à l’ambiguïté. Celle-ci est considérée comme une menace par le système limbique de notre cerveau, aussi appelé cerveau émotionnel. Donc, si un titre ou une photo laisse trop de place à l’ambiguïté ou au doute, cela donne envie d’en savoir plus.

D’autre part, des études tendent à montrer qu’on se souvient plus facilement des tâches interrompues. Elles laissent une sensation de frustration. Les clickbaits jouent sur cette impression, en nous délivrant une infime partie d’information.

Ce qui conduit à une peur très fréquente : la peur de manquer quelque chose. De nos jours, et notamment avec le succès des réseaux sociaux, nous recevons un flux continu d’information. Les consulter fréquemment nous rassure. Les titres ou photos accrocheurs nous donnent l’impression que nous allons passer à côté d’une information primordiale si l’on ne clique pas.

Exemples de clickbait
Exemples de clickbait

Si ça marche, pourquoi éviter cette pratique ?

Le clickbait fonctionne de moins en moins

Si vous avez été victime du clickbait, peut-être vous méfiez-vous désormais de ce type de publications. Vous avez dû avoir l’impression d’être arnaqué-e ou de perdre votre temps. Et c’est tout naturel.

Beaucoup de personnes sont dans ce cas. C’est pour cela que cette pratique qui attise la méfiance fonctionne de moins en moins.

En prenant le risque d’utiliser le piège à clics, vous risquez d’être assimilé aux autres sites ou marques qui ont usé et abusé de cette pratique. Même si votre contenu est qualitatif et le titre n’est pas mensonger.

Vous risquez de décevoir votre potentielle audience

Le clickbait, on l’a vu, est une pratique qui consiste la plupart du temps à tromper, sur tout ou une partie du contenu. En général, on se fait avoir une ou deux fois, et puis on développe plus d’esprit critique et de méfiance.

Construire une image de marque est une stratégie qui demande du temps et des ressources.

Il serait dommage de gâcher ce travail en nuisant volontairement à son image.

De nos jours, les gens ont besoin de connaître et de respecter une marque pour s’intéresser à ses services ou produits. Si cette marque fait régulièrement l’objet de controverses (bad buzz) ils vont préférer se tourner vers la concurrence.

Cette pratique est désormais sanctionnée

Il fut une époque où le clickbait était bien vu par les plateformes comme Facebook ou YouTube, car il génère plus de clics et de partage.

Suite à de nombreuses plaintes et controverses, la plupart des réseaux sociaux sanctionnent désormais cette pratique. Les titres et publications racoleuses sont considérées comme indésirables, au même titre que les fake news.

Concrètement, votre page Facebook peut se voir déclassée ou rétrogradée. Les nouveaux algorithmes mis en place à cet effet vont donc progressivement faire disparaître vos publications des fils d’actualité.

Un impact négatif sur le SEO

Si un utilisateur se rend compte à la lecture du contenu qu’il est trompeur ou rempli de publicités et de pop-ups, il y a des chances pour qu’il quitte très rapidement la page. Et cela a un impact négatif sur le référencement naturel.

D’une part, le taux de rebond est un indicateur clé en SEO. Il se calcule en fonction du nombre de pages que l’internaute visite avant de quitter un site. Plus il est bas, donc, mieux c’est.

La durée des sessions compte aussi. Si les algorithmes des moteurs de recherche s’aperçoivent qu’elle est très courte, le site risque d’être déclassé.

En marketing, le contenu est roi

Dans nos articles sur le marketing, nous avons souvent souligné l’importance du contenu. Il existe d’ailleurs une stratégie marketing qui repose sur son élaboration : c’est la stratégie de contenu.

Le nombre de sites est en constante augmentation. Pour se démarquer, et améliorer son image de marque sur le long terme, il faut toujours privilégier du contenu qualitatif et original, à valeur ajoutée.

C’est sûr, développer une stratégie de contenu et publier régulièrement du contenu travaillé demande plus d’investissement et de temps. Mais les résultats seront au rendez-vous !

La différence entre le clickbait et une bonne accroche

La différence entre le piège à clics et une bonne accroche est facile à comprendre. Il faut tout simplement se poser les bonnes questions.

  • Est-ce que mon titre reflète fidèlement le contenu de ma page ou mon article ?
  • L’image que j’ai choisie est-elle pertinente pour illustrer mon propos ?
  • Le contenu de ma page ou de mon article apporte-t-il quelque chose à mon audience ?
  • Est-ce que le contenu cible la bonne audience ?

Si vous avez répondu « Oui » à ces quatre questions, alors il y a peu de chances que votre publication soit assimilée à du clickbait.

Plus de conseils web et marketing ?

N’hésitez pas à vous abonner à notre blog pour recevoir un article par semaine !

Antonella
Article rédigé par
Antonella

Tour à tour, chef d’orchestre pour la réalisation des projets, œil de lynx pour les vérifier et scribe pour compter la saga de nos clients. Antonella conduit avec fierté et enthousiasme la joyeuse équipe e-maj vers des contrées parfois fantastiques.